En quoi est-ce que le travaille de la NASA est important?



Des milliards de planètes aux ressources exploitables.

L'objectif central de la NASA est l'exploration spatial. Toujours développer de meilleurs moyens de voyager dans l'espace nous permettra un jour de mettre les pieds sur d'autre planètes et d'exploiter éventuellement leurs ressources. Par exemple, certains pays (comme la Russie et la Chine) convoitisent déjà l'Helium 3 se trouvant sur la lune. Certains estiment qu'il se trouve assez de cet élément à la surface de la lune pour satisfaire notre besoin mondial en énergie pendant 10 000 ans.

Une meilleur abondance de ressources ne peut-être qu'une bonne chose pour l'économie; les coûts diminuent en même temps que la rareté. Ainsi, l'argent économiser peut-être utiliser ailleurs dans l'économie et stimuler d'autres secteurs plus en lien avec un autre type de ressource qu'il est impossible d'obtenir ailleurs: les ressources humaines.

De plus, il n'est pas inconcevable que certaines ressources naturelles sur terre viendront qu'à manquer un jour, c'est pourquoi le besoin se fera inévitablement sentir d'aller les chercher ailleurs. Comme il existe dans notre univers des milliards de planètes bourrés de matières premières, il s'en trouvera certainement une dans le lot contenant ce que l'on cherche.

Élargir les horizons de la science.

Les scientifiques ont entrepris une mission sur Mars pour savoir si elle accueillerait en ce moment de la vie ou si elle en aurait pu en accueillir un jour. L'idée étant de savoir si la vie peut se développer à l'intérieur d'environnements différents de celui qu'on retrouve sur terre. Si l'on venait à découvrir que la vie peut, ou aurait pû se développer par elle-même sur Mars, cela signifierait peut-être que la terre n'est pas un cas isolé en la matière mais que ce phénomène aurait pu se produire aussi à bien d'autres endroits dans notre univers.

Il serait plutôt difficile de croire que les confins de la science se limitent aux phénomènes observables sur terre et aux observations faites aux travers d'un téléscope. Et dans ce cas, les autres étoiles et planètes que nous découvriront déceleront peut-être des réponses impossibles à trouver sur terre.

Habiter ailleurs que sur terre?

Je ne sais pas vraiment ce qui nous motiverait à aller habiter ailleurs. Les péssimistes, dont je ne fais pas parti, vous diront que les conditions de vies sur notre planète n'iront qu'en empirant à cause de la surpopulation, des chngements climatiques, etc. Personellement, je crois que rien n'est perdu d'avance et que lorsque l'urgence deviendra plus criante les esprits commenceront probablement à s'activer davantage pour trouver des solutions. Maintenant, peut-être qu'il vaudrait mieux aussi ne pas mettre tous nos oeufs dans le même panier; avoir accès à des solutions alternatives est quand même plus rassurant.

Néanmois, n'excluons pas non plus la possibilité de trouver de l'herbe plus verte ailleurs. En effet, bon nombre de scientifiques pensent qu'il existe dans notre galaxie plusieurs planètes ressemblant à la nôtre. Et si certaines d'entre-elles contenaient des paysages plus époustouflants, une qualité d'air supérieur, des conditions climatiques plus enviables? Si de nos jours on cherche parfois à changer de quartier, de ville ou parfois de pays pour trouver ce qu'il y a de mieux peut-être qu'il viendra un temps ou changer de planète fera aussi parti de nos options.

Une soif de la découverte insatiable.

Explorer des endroits inconnus, faire de nouvelles découvertes, chercher ailleurs de  meilleurs conditions, sont tous des choses choses que l'homme fait depuis qu'il est homme. Alors pourquoi arrêterait-t-il maintenant? Agir ainsi fait tout simplement parti de sa nature. Par exemple, de notre planète terre il est impossible de connaître ce qui se trouve aux limites de notre univers. Ce mystère continuera à nous préoccuper tant et aussi longtemps qu'il ne sera pas résolu. Voilà pourquoi l'exploration dans l'infiniment grand ce continuera toujours: se limiter à rester sur notre planète irait à l'encontre de notre besoin d'en savoir plus. Il serait en effet contre-nature de renoncer à nos activités d'explorations spatiales telles qu'elles sont pratiqués par la NASA.

This entry was posted on samedi 26 septembre 2015. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0. You can leave a response.

Leave a Reply